On va marcher sur le lac

Dernières actualités

Replay du reportage de TF1

Le Replay du reportage sur notre préparation à l’Ecole des explorateurs d’Alban Michon est maintenant en ligne.

En savoir plus

Oui, on va marcher sur le lac


Baïkal, un nom qui déjà, résonne à nos oreilles comme une invitation au voyage. Celui d’une immense étendue d’eau prise en hiver par les glaces, dans une région tout aussi mythique, la Sibérie.

Une région que les nombreuses histoires parfois connues depuis l’enfance, présentent comme une contrée peu accueillante, peuplée de loups affamées et dont la glace comme la neige de l’hiver, sont balayées par des vents glacials.

Baïkal, un nom mis en lumière en 2011 dans le livre couronné du Prix Medicis Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson. Un nom devenu pour beaucoup synonyme de contemplation. Une invitation à prendre enfin le temps de prendre le temps. Une invitation aussi, à imaginer les images d’une contrée lointaine habitée par des hommes et des femmes accoutumées aux conditions extrêmes. Celles d’une nature tout aussi éblouissante qu’hostile au visiteur qui souhaiterait faire sa connaissance avec indifférence.

Baïkal, le lac que nous deux avons décidé de parcourir du nord au sud, à pied et en totale autosuffisance, en février et mars 2023. 

Un moyen de nous confronter aux conditions extrêmes de cet environnement glacé, et un défi de taille pour notre couple atypique avide de grand air et d’efforts. Un moyen aussi de nous intéresser à la manière dont notre organisme, comme notre mental, réagissent à une aventure de plusieurs semaines dans de telles conditions. Un moyen enfin, et peut-être surtout, d’alerter sur les modifications climatiques très préoccupantes que connaît comme tant d’autres, cette région du monde et qui requièrent sans tarder, des actions fortes et durables.

Enfin, nous nous sommes dit que si le capitaine Haddock pouvait marcher sur la lune, nous serons capables de marcher sur le lac. Comme pour inciter toutes celles et ceux qui doutent, hésitent et passent à côté de leurs rêves, à maîtriser leurs peurs et prendre leur envol.

En attendant, comme préparation nous envisageons trois courses de 180 km chacune. En Bretagne avec l’Ultra-Marin, la traversée intégrale du Golfe du Morbihan fin juin ; la traversée de la Corse ensuite sur le GR20 à la fin de l’été ; la grande traversée du Jura (GTJ) en ski de fond durant la période la plus froide de l’hiver prochain… 

© Andy Parant

Et si notre traversée du lac Baïkal n’était qu’une préparation à autre chose ?

« Les voyages de mille lieux commencent par un petit pas » 
Lao Tseu

Notre expédition

Le lac Baïkal durant l’hiver